Un Art ancestral,
le papier mâché

Simple d’utilisation, écologique et économique, le papier mâché permet de réaliser de nombreux objets à l’aide de différents supports. Malgré le nom à consonance française, le papier mâché n’a été fabriqué en France qu’au milieu du XVIIe siècle. Cependant, elle a été le premier pays d’Europe à le faire.

Le papier mâché est en fait originaire de Chine ; les inventeurs du papier lui-même. Ils utilisaient le papier mâché pour fabriquer des casques de toutes sortes, qu’ils durcissaient par de nombreuses couches de laque. On en a trouvé des exemples remontant à la dynastie Han (BC 202 – AD 220).

Un matériau aux multiples qualités

On pense que le Papier Mache (en français, « papier mâché ») doit son nom aux ouvriers français des magasins de papier mâché de Londres ; les artisans français qui ont été les premiers à reconnaître le grand potentiel du papier mâché, en fabriquant des tasses et des tabatières et en imitant le travail du stuc et du plâtre. Que cela soit vrai ou non, nous ne le saurons probablement jamais. Les fabricants ne semblaient pas s’opposer à cette idée – peut-être parce qu’elle leur donnait la possibilité de cacher leurs véritables méthodes et recettes, dont certaines sont encore peu connues aujourd’hui.

En 1740, le fabricant John Baskerville, bien connu pour la qualité de ses livres et de ses caractères d’imprimerie, a commencé à imiter les pièces laquées du Japon. C’est ainsi que le terme « japanning » a vu le jour. Son entreprise a connu un grand succès et, plus tard, son assistant Henry Clay a inventé un moyen de produire du papier mâché si solide qu’il était aussi durable que le bois. Il y est parvenu en collant à chaud du papier spécialement préparé pour former des panneaux solides et résistants à la chaleur.

Un plat en papier mâché avec laque par Henry Clay

Un exemple de plat fin et rare en papier mâché avec laque Regency par Henry Clay

À la fin du XVIIIe siècle, la production de papier mâché était l’un des métiers les plus importants du centre de l’Angleterre, avec Birmingham comme centre majeur. Des plateaux, des tables, des chaises, des lampes, des étagères, des décorations murales, des paravents, des cadres de lit étaient régulièrement fabriqués en papier mâché.

Ancêtre de la matière plastique, le papier mâché a sa place dans l’histoire universelle des objets : utilitaires ou ludiques, les exemples en sont nombreux.

Le papier mâché comme élément de décoration

Le travail de laque était principalement sur un fond de bolack avec des motifs de fleurs, avec des dorures et des incrustations de nacre. En France et en Allemagne, le mobilier en papier mâché était très populaire. En Amérique, un fabricant fabriquait des bateaux. La Russie et la Scandinavie ont également développé leurs propres industries. En 1793, en Norvège, une église fabriquée en papier mâché a été érigée pendant 37 ans.

Ancêtre de la matière plastique, le papier mâché a sa place dans l’histoire universelle des objets, utilitaires ou ludiques.

La production à grande échelle a duré une centaine d’années en Europe, mais a commencé à décliner à partir de 1870 environ. Alors que la production de masse a cessé, l’artisanat du papier mâché a gagné en popularité et a maintenant des participants dans le monde entier.


Légèreté et minceur, des atouts pour faire rêver.

Qu’est-ce que le papier ?

C’est le support de l’écrit et de l’image, qui a pris la relève du papyrus et du parchemin dans l’histoire de l’Occident. En Chine, mille ans aupravant il avait remplacé les lamelles de bambou. Il a été d’abord une substance pratique pour l’empaquetage : en Chine, on en trouve des vestiges autour des objets précieux dans les tombeaux royaux d’avant notre ère, antérieurs à des fragments portant des textes. Le papier possède un ensemble unique d’avantages : gratuité, plasticité, facilité de mise en œuvre, durcissement rapide, résistance et, surtout, légèreté, qui donnent libre cours à la production d’objets à finalité diverse.

Le papier est généralement connu à tort sous sa seule forme plane alors qu’il entre aussi dans la confection d’objets dans de nombreuses cultures. Des milliers d’exemples de son utilisation sont présents sur tous les continents et à toutes les époques. Il existe quatre modes techniques très différenciés : le papier tissé, le papier en feuilles, le papier mâché et le papier utilisé comme substrat. A travers les âges et les continents, le papier, parce qu’il est facile à trouver et à travailler, parce qu’il est aussi léger que résistant, possède une force d’attraction qui inspire tous les créateurs, qu’ils soient designers, stylistes ou producteurs d’artisanat populaire. Il attire aussi bien les professionnels comme les amateurs.

On pourrait dire que le papier constitue l’âme des objets où il se cache.

La mission de véhicule de la mémoire, de la pensée, du savoir et de la foi masque d’autres fonctions plus modestes, plus cachées. Les sociétés asiatiques lui accordent une forte valeur symbolique. C’est la légèreté et la minceur qui constituent sa qualité la plus inégalable, sa force finalement.


error: Content is protected !!